Théâtre et danse – Création 2021

La Leçon

D’Eugène Ionesco

Une leçon que vous n’êtes pas près d’oublier !

Un professeur (Julien Derouault) tout puissant règne sur ses élèves. Dans une classe revisitée en studio de danse, nous assistons à un cours donné par un Louis de Funes survolté enseignant tout et n’importe quoi : la danse, l’arithmétique, la philologie ou la linguistique. Il prend très vite le contrôle de ses élèves mais finira par perdre le sien.

Une nouvelle élève qui rêve de danse et de connaissance est rapidement entrainée par le groupe. Elle apprendra à ses dépens que le savoir est une arme qu’elle ne possédera jamais.

Le professeur et son assistante complice réussiront-ils à cacher leurs secrets très longtemps ?

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault explorent l’absurde, le langage et sa puissance de contrôle. « La leçon » est une adaptation dansée et théâtrale magistrale de la pièce culte d’Eugène Ionesco.

Une mise en scène moderne et électrique où l’expression « Théâtre du Corps » prend tout son sens.

La Leçon - Chorégraphie Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault - Photo Pascal Elliott
La leçon
La Leçon d'Eugène Ionesco

Note d’intention des metteurs en scène

Après Les chaises ? et M. & Mme Rêve, Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault continuent d’explorer l’univers théâtral d’Eugène Ionesco. La leçon est pour le Théâtre du Corps une nouvelle expérience autour du verbe dansé, explorant le langage et le corps en mouvement.

Dans ce drame comique, le professeur est à la fois professeur de danse, d’arithmétique, de philologie ou de linguistique. Il est même chorégraphe ou chef d’orchestre. Il est l’autorité suprême prodiguant un savoir autant intellectuel que corporel. Un enseignement extravagant où les mathématiques se dansent, où les mots se chantent et la relation élève – enseignant est chorégraphiée jusqu’à la mort.

La leçon d’arithmétique et de philologie devient une classe de danse et renforce l’absurdité de la situation : le mot résonne en geste, le chiffre en mouvement rythmé. Mais derrière l’incohérence du discours et la confusion du langage, Ionesco questionne l’éducation avec malice et interroge notre perception du monde visible.

 

Le flot d’informations, censées éclairer les consciences, endort finalement toute résistance, noie inéluctablement toutes réactions sensibles. Les connaissances sont remises en cause, les repères s’effacent, les élèves sont inondés d’informations contradictoires, de savoirs fictifs, de « fake news » en tout genre. Donnant l’impression de transmettre, le professeur ne fait que manipuler les élèves et tisse en réalité une toile invisible autour de sa proie.

Avec humour, Ionesco objective l’élève au fur et à mesure de cette pièce. Pleurer de rire prend ici tout son sens. Il nous fait ressentir la vulnérabilité de celui ou celle qui désire apprendre face à celui qui sait. On tue l’élève par la leçon, celui-ci devenu objet de soumission et de fantasme. Il est un objet à consommer, que l’on jette une fois qu’on l’a détruit.

La scénographie 3D entoure les personnages, matérialisant les équations, les algorithmes et les lettres. Elle est symboles et archétypes : le vecteur d’une pensée collective rêvée, structurée et structurante.

Ce savoir, qui dépasse les élèves jusqu’à les submerger, nous rend-il nécessairement libre ? La leçon est bien une leçon sur la nature humaine, les rapports de pouvoir et le contrôle de la réalité.

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault

Eugène Ionesco

Eugène Ionesco

Eugène Ionesco est né à Slatina, en Roumanie, d’un père roumain juriste et d’une mère française, fille d’un ingénieur des chemins de fer. Sa famille émigre en France en 1913. Il écrit ses premiers textes dès l’âge de onze ans. Le divorce de ses parents en 1925 l’amène à retourner avec son père en Roumanie où il fait des études de lettres françaises à l’université de Bucarest. Ne s’entendant pas avec son père qui ne comprend pas son intérêt pour les lettres, il retourne vivre avec sa mère qui est revenue en Roumanie.

Il part en France en 1938 pour préparer sa thèse. Le déclenchement de la Seconde guerre mondiale l’oblige à rentrer en Roumanie où il restera jusqu’en 1942 avant de s’établir définitivement en France. Il obtient la nationalité française en 1950.

Eugène Ionesco présente sa première pièce, La Cantatrice chauve au théâtre des Noctambules en 1950. Malgré un échec, elle marque en profondeur le théâtre contemporain, par l’utilisation du non-sens et du grotesque comme levier satirique et métaphysique, faisant de lui le père d’un nouveau genre, le « théâtre de l’absurde », qu’il préfère qualifier d’« insolite ». Reconnu pour son talent dès 1953, ce qui lui permet de vivre de ses pièces, il obtient la consécration en 1959 avec Rhinocéros, dénonciation de toutes les formes de totalitarisme. Il est aussi l’auteur d’ouvrages sur le théâtre (Notes et contre notes). Il entre à l’Académie française en 1971. A la fin de sa vie, il s’essaie au roman et à l’autobiographie.

La Leçon -   Chorégraphie Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault - Photo Pascal Elliott

NOUVELLE CRÉATION 2021

D’Eugène Ionesco

Chorégraphie et mise en scène Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault

Lumières Alexis David

Costume Marie-Claude Pietragalla

Pièce pour 7 danseurs

Durée 1h15

Production Théâtre du Corps avec le soutien à la création du POC d’Alfortville

Arcachon – Festival Cadences – Dimanche 25 Sept. 2022
Alfortville – Le POC – Vendredi 30 Sept. 2022
Paris – Théâtre de la Madeleine – Vendredi 14 Oct. 2022
Paris – Théâtre de la Madeleine – Dimanche 16 Oct. 2022 14h30
Paris – Théâtre de la Madeleine – Samedi 22 Oct. 2022
Paris – Théâtre de la Madeleine – Vendredi 28 oct 2022
Paris – Théâtre de la Madeleine – Dimanche 30 Oct. 2022 14h30
Paris – Théâtre de la Madeleine – Samedi 5 Nov. 2022
Paris – Théâtre de la Madeleine – Dimanche 13 Nov. 2022 14h30
Paris – Théâtre de la Madeleine – Vendredi 18 Nov. 2022
Paris – Théâtre de la Madeleine – Samedi 19 Nov. 2022
Paris – Théâtre de la Madeleine – Vendredi 25 Nov. 2022
Paris – Théâtre de la Madeleine – Dimanche 27 Nov. 2022 14h30
Paris – Théâtre de la Madeleine – Samedi 3 Dec. 2022
Wissous – Théâtre – Vendredi 6 Jan. 2023
Saint Germain en Laye – Théâtre Alexandre Dumas – Mardi 24 Jan. 2023
Saint-Malo – Théâtre de l’Hermine – Mardi 30 Jan. 2023
Calais – Grand Théâtre – Mercredi 7 Fev. 2023
Thorigny sur Marne – Centre culturel le Moustier – Mercredi 18 Fev. 2023
Charenton – Théâtre des 2 Rives – Samedi 11 Mar. 2023
La Souterraine – Centre culturel Yves Furet – Vendredi 31 Mar. 2023
Salon de Provence – Théâtre municipal Armand – Mardi 4 Avr. 2023
La Ciotat – La Chaudronnerie – Jeudi 6 Avr. 2023
Montereau – Le Majestic – Vendredi 12 Mai 2023

mail(at)theatre-du-corps.com

59 rue Marcelin Berthelot 94140 Alfortville France

- Nous suivre

Le Théâtre du Corps est subventionné par la DRAC Île-de-France au titre de l’aide à la compagnie chorégraphique, soutenue par la Région Île de France au titre de la permanence artistique et culturelle, et soutenue par la ville d’Alfortville.